Réflexions et conseils de donateurs aux OBNL

Publié le 13 novembre 2018
Au lendemain de la Journée Nationale de la Philanthropie et à une semaine de Mardi Je Donne, nous vous proposons de découvrir les expériences personnelles de membres de l'équipe memboGo qui s'avèrent être aussi des donateurs convaincus.
Une belle façon d'humaniser les chiffres, notamment ceux de la nouvelle Étude sur les tendances en Philanthropie au Québec en 2020, ainsi que de vous partager leurs conseils et réflexions. 

Partager le changement

Michèle, Responsable Expérience Utilisateur

D’après la nouvelle étude, les Québécois donneraient à 2,7 organismes annuellement. Donnant mensuellement à 5 fondations en plus de nombreux dons uniques, Michèle est la championne philanthropique de MemboGo. « Je donne de façon spontanée, quand je suis touchée par la cause mais surtout quand je sais comment mon don va être utilisé. », explique Michèle.









  
« Je me souviens par exemple d’une campagne de la Fondation du Musée des Beaux Arts de Montréal. Mon 50$ a permis à une famille défavorisée d’aller au musée. ».
Ce passage à l’action a pris seulement quelques secondes mais repose sur une confiance construite par un travail de longue haleine. « Ça fait longtemps que je connais ces organismes, je n’ai donc pas eu besoin de réfléchir. Je savais déjà que les montants seraient utilisés à bon escient. ». Les organismes soutenus par Michèle se sont forgés une notoriété et par ce biais, une certaine crédibilité. « Voir ces organismes dans les médias, ça prouve qu’ils sont dans l’action, qu’ils prennent les choses en main. ».
Maintenant donatrice, Michèle suit bien sûr leurs actions. Comme 30% des donateurs québécois, elle le fait notamment en lisant les infolettres mais aussi en utilisant les réseaux sociaux. « Mon premier don, je l’ai fait par la poste. Je n’avais pas vraiment de moyen de donner de la visibilité à l’organisation. Maintenant, je donne en ligne et je partage au passage sur les réseaux sociaux. ».
  
Parler de soi, c’est bien, faire parler de soi, c’est mieux. Travaillez une stratégie de relations publiques, même à petite échelle. Du journal télévisé national à la gazette locale en pensant par le site de vos partenaires, ces apparitions consolideront votre image auprès des donateurs actuels et potentiels.

→ Créer la viralité. On ne le dira pas assez, il faut prendre avantage du numérique qui permet aux donateurs de relayer votre message. En analysant leurs habitudes et préférences vous pourrez déterminer les plateformes, contenus et formats qu’ils aiment partager.
 

L'impact d'abord

Sara, Intégratrice Chef de Projet

D’origine catalane, Sara remarque que le secteur philanthropique québécois repose davantage sur le financement privé, venant de particuliers ou d’entreprises. De là découle les méchanismes et tactiques de communication :
« Il y a certaines organisations, notamment les organisations internationales, où j’ai plus l’impression de payer pour le marketing que pour le changement.».

  
C’est alors naturellement que Sara donne surtout à des petites organisations. « Je sais qu’elles ont tendance à être moins structurées, que ce leur est plus difficile d’avoir un impact, mais c’est important pour moi qu’elles soient authentiques, en lien avec mes valeurs, qu’elles cherchent réellement à faire une différence. ».
Sara donne de façon sporadique, à environ 4 organismes par an. Comme Michèle, elle contribue de façon impulsive et la confiance est un facteur important. Cependant, elle donne souvent après avoir intéragi avec l’organisation.
« Je ne donne pas uniquement à des organismes de charité, mais toutes sortes d’OBNL, notamment dans le culturel, l’environnemental ou encore le médiatique. J’ai par exemple donné après avoir participé à un atelier gratuit ou utilisé une ressource. ».
Comme 72% des Québécois, Sara multiple aussi les dons non-monétaires, surtout de temps. Au fil des années et des expériences de bénévolat, elle a par exemple créé des sites web, participé à des comités ou encore maintenu les réseaux sociaux. «J’aime m’impliquer davantage, être proactive. C’est une belle expérience humaine tout en faisant une différence. » 

→ Redonner aux donateurs. Dans un monde où la compétition pour le financement et la notoriété est de plus en plus grande, pensez à ce que votre donateur retire de sa contribution. Une expérience telle qu’un événement-bénéfice (20% des donateurs) ou encore un défi (14%) ? Ou un produit dont les bénéfices seront reversés à la cause ?

→ Faire contribuer autrement. Chacune de vos campagnes a une certaine portée. Parmis tous ceux rejoints, savez-vous combien ne donnent pas ? Il faut maintenant réfléchir à une façon de les impliquer, sans diluer votre appel à l'action principal.
 

Outiller les OBNL

Pascal, Fondateur et CEO

À la tête de memboGo, une entreprise se consacrant uniquement aux OBNL, Pascal est régulièrement sollicité. « L'ensemble de nos clients sont des OBNL, dans ce contexte, nous recevons naturellement plusieurs demandes. Dans certains cas, une certaine logique d’affaire s’impose. Cependant, certaines causes me touchent plus particulièrement. Par exemple, je trouve extraordinaire ce que fait Vox Populi pour initier les jeunes à la culture. En résumé, nous donnons en fonction de coups de coeur mais aussi en fonction ... de nos budgets. »









 
​Il ajoute : « Mais en tant qu'entreprise, nous pouvons utiliser d'autres outils pour appuyer les OBNL, en autre par notre façon de mener les affaires. Par exemple en réduisant le prix pour les organismes avec moins de capacité financière. Nous cherchons à contribuer, à notre façon, à la réussite des organismes en donnant du temps et en partageant nos connaissances gratuitement lorsque possible. ».

Comme 80% des dirigeants, Pascal s'implique aussi personnellement. « Je donne surtout lorsque mes amis s’implique pour une cause. ». Informaticien de formation, Pascal observe que les technologies nécessaires se sont démocratisées : « Créer un événement P2P et profiter de l’aspect viral est maintenant simple à faire. C'est une bonne stratégie que beaucoup d'OBNL devraient explorer.». En effet, selon l'étude, 38% des donateurs québécois rapportent avoir donné en appui à un proche participant au défi d'un organisme de bienfaisance.

Faire rayonner vos donateurs. La majorité des donateurs contribuent financièrement suite à la solicitation d'un proche. Vos donateurs sont vos meilleurs ambassadeurs, pensez à les outiller avec une campagne Peer-to-Peer.

Oser demander. L'étude rapporte que de plus en plus de PME s'engagent en philanthropie, pourquoi pas une dans votre réseau ?
memboGo Rocket Logo

Créez votre compte dès maintenant!

Gérez votre OBNL plus efficacement grâce à nos applications qui se synchronisent et qui s’automatisent. Une seule plateforme pour une gestion facile et économique : prenez votre envol avec memboGo!

Ouvrir un compte gratuit
Infolettre - Newsletter